Un Berger et le Loup (Didier Trigance Eleveur dans les Alpes Maritimes)

 

La réintroduction du loup dans nos espaces naturels n’est pas sans problèmes avec notre monde moderne.

Voici la vidéo d’un berger qui a attaqué physiquement les gardes qui protègent le loup dans le parc naturel du Mercantour !

Que se cache t-il derrière cette attitude ou détresse ?

 

 

Le loup a t-il assez d’espace naturel pour vivre à coté de l’homme ?

Lorsqu’on constate l’explosion démographique sur ces 100 dernières années avec le développement urbain et ses nouvelles infrastructures, les territoires des animaux sauvages ont considérablement diminué.

Depuis 50 ans, les villages deviennent des villes. La même question se pose autant pour les loups que les sangliers qui font des dégâts incroyables.

Les animaux sauvages n’ont plus assez d’espaces naturels puisque l’homme grignote sans cesse la nature pour s’installer sur leur territoire.

La rencontre entre le loup et l’homme est inévitable, elle ne sera jamais compatible avec le pastoralisme parce que les moutons sont sur les territoires des loups.

C’est un peu comme si les bergers apportaient de la nourriture aux loups !!!

Pour ceux qui pensent qu’il est possible de protéger les moutons contre les loups, je les invite à aller sur le terrain avec un berger pour mettre en place ces protections quotidiennement (entre la théorie et la pratique, le fossé est grand).

Qui est le plus utile à la nature, le loup ou les moutons qui entretiennent les espaces naturels ?

Certains diront le loup et pourront laisser un commentaire sur cette article…

Mais au fait pourquoi le loup avait disparu ? Ou plutôt, pourquoi l’homme l’a t-il déjà fait disparaitre ?

Pour avoir une réponse sur l’avenir, il faut toujours chercher dans le passé. Nos anciens étaient t-ils des idiots pour avoir fait disparaitre le loup ?

A chacun son opinion, il est certain que nos anciens n’ont pas inventé Facebook et l’écologie, mais il est certain qu’ils ont laissé derrière eux un monde beaucoup plus riche que nous ne sauront le laisser actuellement.

Voici une Vidéo interview de Didier Trigance qui parle de son métier et du pastoralisme avec passion (le son est assez mauvais)

 

Il faut bien faire une différence entre aimer la nature et travailler avec quotidiennement pour faire vivre sa famille.

Ceux qui ne sont pas dépendants de cette contrainte économique diront je préfère le loup.

Il ne faut pas se « gargariser » de ses propres besoins

On peut aussi vivre de la nature sans forcement être un ennemi de la nature, un berger qui n’aime pas la nature ne peut pas être un berger. C’est un métier avec beaucoup de contraintes qui sont méconnues.

Je suis déjà allé avec des bergers dans la montagne pour quelques jours et j’ai été très content de rentrer chez moi :-).

Ceux qui pensent que le métier de berger est juste de lâcher les moutons dans la montagne, parlent sans expériences ou sont de mauvaise foi.

Je suis maraicher Bio et je travaille comme les bergers avec la nature et on ne lui vole rien, tout le monde boit de l’eau et tire profit de la nature sans forcement lui voler quoi que ce soit.

Cette guerre entre ceux qui sont pour le loup et ceux qui sont contre, n’est finalement qu’un mépris des centres d’intérêts de chacun.

Une réflexion ?act

Vous avez chez vous, chaque jour une nouvelle souris qui mange vos billets dans votre portefeuille, allez vous la tuer ?

Un jour la souris devient une espèce protégée. Que ferez vous ? La laisserez-vous continuer à manger vos billets au péril de votre devoir envers vos enfants et votre femme en bon père de famille ?

Le berger lui, n’a pas le choix. Il doit respecter les normes et les règles imposées par ceux qui ne vivent pas de la nature.

Il est facile d’introduire des choses dans notre environnement en croyant bien la connaitre parce qu’on l’observe le week-end en mode loisir.

Les agriculteurs et les éleveurs sont dans la nature 365 jours/an, tenter de leurs expliquer comment la nature fonctionne est ridicule.

Lorsque l’homme force la nature a accepter une espèce animale, il faut en priorité imaginer les répercutions et les conséquences actuelles et dans 100 ans. Il faut écouter l’expérience de nos anciens. Nous n’inventerions rien !!!

Il ne faut pas oublier que l’homme a introduit la myxomatose pour tuer les lapins et plus de 50 ans après, on en subit encore les conséquences.

Et pour le loup, que laisserons-nous à nos enfants ?

 

 

 

Affirmer connaitre la nature c’est ne pas la connaitre, elle restera toujours un VRAI mystère pour l’homme et bien heureusement, pour qu’il ne puisse pas la détruire.

La gestion démographique du loup est totalement impossible, il est bien trop malin ;-), l’homme ne pourra pas réguler son expansion, il est déjà trop tard pour y réfléchir…

Que les défenseurs du loup se rassurent, c’est trop tard.

Le loup nous l’avons et pour très longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*