L’Ethnosite à Le Val est un endroit magique sur le point de disparaitre.

Tout est en friche et laissé à l’abandon par la volonté du mairie actuel Michèle Roattino.

Une bastide appartenant à la commune depuis plusieurs siècles va être vendue,  ainsi qu’une autre maison, à la fédération de la chasse.

La gestion d’un bon père de famille n’est pas de brûler les meubles pour chauffer le château !

L’Ethnosite de Le Val est inclus dans le domaine de Châteaurenard : une ferme et ses terres qui sont reconverties en un conservatoire de plein air des produits et des modes de vie paysans de la région. L’Ethnosite occupe un terrain boisé de 6 hectares, situé au pied d’une barre rocheuse (les Eissartènes).

Sur les 6 hectares que couvre l’ethnosite de Châteaurenard, on peut découvrir les témoignages de cette longue époque :

  • la clairière des charbonniers avec sa meule, ses cabanes d’habitation et de surveillance et un four à charbon.
  • un four à cade pour distiller le bois de genévrier ou cade en le faisant suer.
  • un four à chaux en fosse, à feu discontinu.
  • un rucher placé dans un mur de soutènement avec son enclos et sa cabane à outils.
  • Les aménagements agricoles d’une fermette médiévale (terrasses de culture, aire de battage au bastidon, matériel agricole ancien).
panorama ethnosite

panorama ethnosite

Ethnosite ouvrage en pierre sèche

Ethnosite ouvrage en pierre sèche

De nombreux ouvrages en « pierre sèche » témoignent de l’évolution de l’habitat et des métiers :
Terrasses de culture, captage et stockage de l’eau, tracé des passages, limitation des terres.
En pleine colline, cavités, surplombs couloirs et cirques rocheux sont couramment transformés en abris de fortune, en habitations saisonnières, en bergerie, en lieu de culte ou de réclusion.
Ces locaux témoignent de l’exploitation intégrale du territoire par les usagers traditionnels.
La transformation du bois en charbon et de la pierre calcaire en chaux a laissé aussi de vieux vestiges dans les terres boisées. Un autre artisanat, l’extraction de l’huile de cade (goudron du bois du genévrier oxycèdre), a laissé des fours bâtis liés à une production vouée au commerce qui a prospéré jusqu’à 1930.
Utilisé en médecine vétérinaire, ce goudron était aussi préparé en petites quantités par les éleveurs qui faisaient suer le bois de cade sous une marmite en fonte.

ethnosite sur ensemble

ethnosite sur ensemble

exemple d'ouvrage

exemple d’ouvrage

Tout est à l’abandon, c’est un modèle de gaspillage d’argent public !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.